ADRESSE XXII
QUELLE ATTITUDE TENIR FACE AU SCRUTIN DU 28 AVRIL 2019 ?

 

Peuple béninois, compatriotes de l’intérieur comme de la diaspora,
Dans mon adresse XXI en date du 12 avril 2019, je vous disais ceci :
« De toutes les libertés, la liberté de suffrage, le droit d’aller désigner celui qui peut vous représenter à l’Assemblée Nationale est l’une des plus importantes. On ne saurait jamais le marchander quoi que cela puisse coûter.
C’est pourquoi, je vous appelle, je nous appelle à
1°-Partout, s’organiser en des comités de Résistance et d’Action dans les arrondissements, dans les communes, pour empêcher le hold-up électoral en préparation.
2°- Faire honte partout sur toute l’étendue du territoire national aux candidats-députés fonctionnaires de Patrice Talon à tous les lieux qu’ils se présenteraient devant le peuple affamé et privé de liberté.
3°- S’opposer par tous les moyens légaux et légitimes à des élections exclusives et dire non aux hold-up électoraux.

ADRESSE XXI

AU PEUPLE BENINOIS,
AUX TRAVAILLEURS ET A LA JEUNESSE

A PROPOS DE LA CAMPAGNE ELECTORALE

 

Lancée par le Chef de l’Etat Patrice TALON et le Président de la CENA Emmanuel TIANDO
Comme dans une symphonie de musique, harmonisée et réglée d’avance et dans un partage de rôle parfait, ce jeudi 11 avril à 20 heures, le Président Patrice TALON et le Président de la CENA, Emmanuel TIANDO ont lancé la campagne électorale pour les élections législatives pour le 28 Avril 2019. L’un donnant le coup de gong de départ pour la campagne, le second fournissant aux journalistes et à ses partisans, les éléments fondateurs de cette campagne.
Tous ceux qui se nourrissaient encore d’illusion sur la possibilité pour Patrice Talon de surprendre le peuple en revenant sur les choses pour des élections consensuelles et « inclusives », en auront eu une amère déception. Droit dans ses bottes, Patrice Talon réaffirme sa détermination d’organiser les élections monocolores, une élection d’exclusion non pas de « l’Opposition » comme on a l’habitude de dire, mais d’exclure l’ensemble du peuple des prochaines élections législatives. Car pour lui, il n’y a jamais eu d’impasse. Il n’a jamais utilisé ce mot. Que seulement les seuls partis de la mouvance présidentielle soient en compétition ! Cela ne gêne point, car « la compétition politique est par définition sélective ». Il a défendu bec et ongle l’article 242 du Code électoral. La responsabilité de toute cette situation incombe aux partis de l’Opposition… etc. Tels sont en substance les axes essentiels des déclarations du Président de la République.

*Le Premier Secrétaire*

A

Mr Adrien HOUNGBEDJI

Président de l’Assemblée Nationale

Porto-Novo

 

Objet : Invitation des Partis à faire des propositions

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale


Nous avons lu à travers les réseaux sociaux, une lettre N° 086/AN/PT/SP-C en date du 08 Mars 2019 par laquelle le Président de l’Assemblée nationale invite pour « Concertation … les formations politiques ayant manifesté leur intérêt pour les élections législatives du 28 avril 2019 ». Dans cette lettre, il est demandé aux formations politiques de vous « faire parvenir le lundi 11 Mars 2019 à 9h30, à votre Cabinet un mémorandum sur les suggestions pour les élections législatives inclusives ». Dans cette lettre vous avez pris soin, en citant les formations politiques invitées à cette concertation, d’oublier le Parti Communiste du Bénin. Cette omission interpelle et fait se poser moult interrogations.

Voulez-vous faire comprendre que le Parti Communiste du Bénin, qui a 41 ans de vie derrière lui, qui anime tous les jours la vie politique nationale par des propositions concrètes diverses, qui a déposé comme tout le monde le sait, son dossier complet de mise en conformité au Ministère de l’Intérieur, voulez-vous faire comprendre que ce parti n’a pas « manifesté son intérêt pour les élections législatives du 28 avril 2019 » ?

DECLARATION*

A PROPOS DE LA RENCONTRE DU PRESIDENT TALON AVEC SES PARTIS POLITIQUES


Le Chef de l’Etat, Patrice Talon a rencontré ce jour 06 mars 2019, les partis de sa mouvance. Constatant lui-même l’impasse dans laquelle il a conduit méthodiquement, à force de ruse et de rage, le processus électoral, il a ordonné à ses députés de se réunir d’urgence en session extraordinaire, avant le mardi 12 mars au plus tard, pour proposer "des mesures permettant d’atteindre ses objectifs" pour que les "élections en son temps soient de même qualité de même convivialité que par le passé" (sic). Parlant à des députés de se réunir en session extraordinaire et dont les prérogatives sont de faire des lois, Patrice Talon ordonne donc en clair de modifier les lois pour sortir de l’impasse.

ADRESSE  XX

Aux Béninoises et aux  Béninois

A tous les Démocrates du Monde !

  A PROPOS DE L’EXCLUSION  DES PARTIS DE LOPPOSITION DES PROCHAINES ELECTIONS LEGISLATIVES.

 

Béninois, Béninoises,

Mes Chers Compatriotes,

L’heure est grave.Notre pays, le Bénin vit l’un de ses moments les plus délicats de son histoire.

I- CHRONIQUE D’UNE DESCENTE AUX ENFERS

Depuis le 21 Février 2019, l’ensemble des partis de l’opposition ont reçu notification et avec eux, l’ensemble de l’opinion publique nationale et internationale de ce que les partis représentatifs de  l’opposition ont été exclus du droit de participer aux prochaines élections législatives. Chacun pour des raisons différentes, mais tout concourant à un même but : l’exclusion de tout parti autre que ceux de Talon, du droit de compétir aux joutes électorales législatives prochaines.

Depuis hier, les choses se sont encore plus précisées. Le verdict de la CENA a livré son contenu. Seuls sont admis à compétir aux prochaines élections législatives les deux Partis – Union Progressiste et Bloc Républicain- créés par le Bonaparte et  élus  à ses festins. Nous nous trouvons désormais devant l’institution au Bénin d’un Parti Unique en deux fourches.