Détenus politiques sans jugement en majorité du septentrion
Le plaidoyer du Pr Philippe NOUDJENOUME

 

 

ALLIANCE POUR LA PATRIE (APP)
01BP 2582 Cotonou, recette principale. Rép. du Bénin ; Tel : (+229) 97728065/66 16 01 69
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Facebook : Alliance Pour la Patrie - APP

 

 

 

Le Président
Plaidoyer pour la libération des personnes détenues politiques sans jugement dans les prisons du Benin.


A
Son Excellence Patrice Talon
Président de la République
Chef de l’Etat
Chef du Gouvernement
Cotonou

Monsieur le Président de la République,
Dans un « audio » en date du 14 Octobre 2022, notre Compatriote Nourou Dine SAKA SALEY déclare que : « la très large majorité des détenus politiques encore en prison sans jugement sont du Septentrion »
Il dit exactement ceci :
« Sur un total de 69 (soixante-neuf) détenus politiques sans jugement, c’est-à-dire sans qu’aucune instance de juridiction au Bénin n’ait statué sur leur cas, il y en a 16 de l’Atakora, 3 de l’Alibori, 1 de l’Atlantique, 45 du Borgou, 2 des Collines, 1 de la Donga et 1 de nationalité étrangère».
Si ces statistiques sont avérées, et il n’y a pas de raison que ce soit faux, cela veut dire que sur les 69 détenus politiques encore en prison sans jugement, il y a 65 qui sont du Septentrion (sans compter comme il l’a dit « Les Collines » qui en a 2).
Monsieur le Président de la République,

 

Editorial

Les forfaits et crimes des valets de la France coloniale


Au Tchad, ce 20 octobre 2022, le pouvoir dynastique soutenu par la France coloniale s’est révélé un monstre qui massacre son peuple. Le fils Déby que Macron est allé introniser à la mort du Père, a, en un jour, massacré à balles réelles des dizaines de fils du peuple, blessé des centaines d’autres, manifestant à mains nues. Le gouvernement français, comme d’habitude, lave les mains, mais en vain. Le visage réel des hommes que la France coloniale, en crise profonde, tant à l’intérieur que dans son empire à l’extérieur, soutient dans ses Enclos s’est ainsi encore une fois effroyablement révélé : il s’agit et s’est toujours agi d’hommes ne reculant contre aucun crime, économique, politique, humain et de sang contre leur peuple.

 

ALLIANCE POUR LA PATRIE (APP)
01BP 2582 Cotonou, recette principale. Rép. du Bénin ; Tel : (+229) 97728065/66 16 01 69
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Facebook : Alliance Pour la Patrie - APP

Le Président


Plaidoyer pour la libération des personnes détenues politiques sans jugement dans les prisons du Benin.


A


Son Excellence Patrice Talon
Président de la République
Chef de l’Etat
Chef du Gouvernement
Cotonou

Monsieur le Président de la République,
Dans un « audio » en date du 14 Octobre 2022, notre Compatriote Nourou Dine SAKA SALEY déclare que : « la très large majorité des détenus politiques encore en prison sans jugement sont du Septentrion »
Il dit exactement ceci :


« Sur un total de 69 (soixante-neuf) détenus politiques sans jugement, c’est-à-dire sans qu’aucune instance de juridiction au Bénin n’ait statué sur leur cas, il y en a 16 de l’Atakora, 3 de l’Alibori, 1 de l’Atlantique, 45 du Borgou, 2 des Collines, 1 de la Donga et 1 de nationalité étrangère».
Si ces statistiques sont avérées, et il n’y a pas de raison que ce soit faux, cela veut dire que sur les 69 détenus politiques encore en prison sans jugement, il y a 65 qui sont du Septentrion (sans compter comme il l’a dit « Les Collines » qui en a 2).


Monsieur le Président de la République,
Vous conviendrez aisément avec moi qu’en tant que Chef de l’Etat, Chef de tout le Bénin, de tous les Béninois, cette situation interpelle et pose problème.

 

DEFINITION D’UNE BASE MILITAIRE :
Une base militaire est un site - terrains, bâtiments, équipements - voué aux besoins des armées et géré par les militaires qui généralement y logent et y travaillent en dehors des opérations extérieures. En vertu d'accords entre États, certaines grandes puissances disposent de bases en dehors de leurs frontières. Les bases militaires sont les points de coordination et de départ des interventions des armées.
(Wikipédia)

 

BASE BARKHANE AU BENIN

I- Des gesticulations du gouvernement pour tenter de cacher la réalité

 

 

Dans le numéro 470 de La Flamme N°470 du 07/10/2022, nous avons apporté des preuves irréfutables de la présence d’une base militaire de l’opération Barkhane au Bénin. Depuis là, le Gouvernement et ses soutiens se démènent de toutes leurs forces comme de beaux diables pour démentir et décrédibiliser ces révélations. Pour le porte-parole du Gouvernement : « Les Forces de défense et de sécurité béninoises sont appuyées par la France, mais aussi les Etats-Unis d’Amérique. Dans ce cadre, des militaires français sont effectivement à Kandi. Mais ce n’est pas l’installation d’une base militaire française. ». Plus loin, il ajoute, concernant l’avion qu’on voie voler dans les airs à Kandi : « Quant à l’hélicoptère qui sillonne le ciel du Borgou-Alibori, il s’agit d’un Mi8 de fabrication russe. Les pilotes béninois s’habituent à conduire cet appareil sous l’éclairage d’instructeurs étrangers. » Le ministre des affaires étrangères, lui, déclare sur l’ORTB, qu’il y a effectivement une quarantaine de soldats à Kandi, mais c’est pour aider l’armée béninoise et qu’il n’y a pas de base militaire française au Bénin. Certains thuriféraires du pouvoir au lieu de présenter des preuves sur la non présence des troupes françaises, se sont livrés à des injures abjects. C’est le cas du journal « Le Matinal », l’organe officieux du pouvoir qui, dans un article publié dans son numéro 6437 du lundi 10 octobre 2022 et intitulé « Supposée présence de la force Barkhane au Bénin, une pure invention », écrit : « … C’est le Parti Communiste du Bénin qui est l’artificier de la manœuvre. Un parti politique dont le requiem a été célébré depuis l’avènement de la réforme du système partisan et qui donc n’existe que dans l’esprit de ses thuriféraires et inconditionnels. C’est ce conglomérat d’ennemis du progrès qui, dans leur tourmente actuelle ont sonné l’alerte. Une fausse information dénuée de toute logique et dont les initiateurs sont les seuls à en connaitre les véritables mobiles ».

Editorial 

Poursuivre et renforcer les luttes pour
l’expulsion de la base Barkhane hors du Bénin

 

Le peuple est bien fixé et sait désormais à quoi s’en tenir : il existe bel et bien une base des troupes Barkhane autorisée par Talon sur le sol de Saka Yérima, Bio Guèra, Kaba et Béhanzin. Les tentatives et gesticulations du pouvoir pour démentir ce fait n’ont fait que confirmer la réalité de l’implantation d’une base militaire française à Kandi.