Editorial
TOUS POUR DIRE NON A LA
MASCARADE ELECTORALE DU 17 MAI
2020 !
NON AUX ELECTIONS COMMUNALES
ET MUNICIPALES EXCLUSIVES !

Comme l’a dit le Parti Communiste du Bénin dans
sa dernière déclaration en date du 7 mai 2020 «La
mascarade électorale du 17 Mai prochain ne nous
concerne pas ! ». Cette élection ne nous concerne
pas :
Parce que
1- Elle est exclusive : ne sont autorisés à y
prendre part que les partis de la mouvance
présidentielle et en accord avec le
Programme d’Action du Gouvernement.
2- Les Maires sont déjà désignés par les soins
mêmes du Président Talon et notre
participation ne changera rien à ce qui est
déjà retenu dans le cénacle autocratique. De
toutes les façons, quelle que soit la
participation du peuple, le gouvernement et
ses institutions déclareront les chiffres qu’ils
veulent.
3- Au cours de la campagne, pendant que la
population a faim et a peur des risques de
CORONAVIRUS, l’on voit de la part du
gouvernement et de ses privilégiés déjà
désignés, un déversement sans pareil de
sous pour de grands et géants posters posés
dans nos villes et campagnes ; l’on voit que
le gouvernement ne prend aucun soin pour
respecter les mesures de sécurité sanitaire
exigées dans la lutte contre le COVID-19,
provoquant la colère du corps médical dans
une déclaration de l’Ordre des Médecins.
Compte tenu de tout cela, « Nous ne
sommes pas concernés par la curie
autocratique du 17 Mai 2020. Infligeons à
l’Autocratie une nouvelle Défaite méritée à
la mesure de la forfaiture ! Restez dans vos
Maisons ou vaquez à vos affaires pour la
recherche de quoi vous occuper de vous et
de vos familles ».
La Rédaction.

Editorial:
Non aux Assassins !
Non à la Diversion !

Le Conseil des Ministres du 6 Mai 2020 a décidé
des mesures de «déconfinement» à la Béninoise.
C’est-à-dire, la suppression du cordon sanitaire. On
lit en effet : « Le Gouvernement a fait l’option
d’assouplir la mesure de limitation de la mobilité
des personnes en levant le cordon sanitaire en
place ». Le Gouvernement procède ainsi tout en
maintenant certaines des restrictions imposées aux
activités économiques comme par exemple la
fermeture des bars, discothèques, églises, mosquées
et autres lieux de culte, l’interdiction de circulation
des bus et minibus de transport en commun de
personnes, etc. Toujours sans mesure de
compensation ! Nous disons bien « sans mesure de
compensation », car l’opération de recensement des
victimes en vue d’une éventuelle compensation est
une pure escroquerie. Tenez ! Pour s’inscrire en
ligne et se faire recenser comme victime, il faut
produire un acte de naissance, numéro IFU, une
fiche de paiement d’impôt. Autrement dit, il faut
être dans l’économie formelle. Or l’on sait qu’au
Bénin, l’informel fait plus de 85% de la population.
Autrement, il s’agit là d’un refus de compensation.
Et ceux qui sont morts entre temps des suites de ces
mesures pour lesquelles on a lancé un appel à l’aide
nationale et internationale ? Le Gouvernement s’en
fout. Ce sont des assassins. En plus de cela, il a
récolté des aides annoncées et diffusées
quotidiennement sur les chaînes de télévision sans
que les membres du gouvernement eux-mêmes y
mettent un franc. Ils ont contracté des emprunts au
nom de CORONAVIRUS, donc en nos noms ; ils
ont reçu des secours et aides bien au-delà des
miettes annoncées sur les chaines de télévision. On
ne sait ce qu’ils veulent en faire. Nous devons leur
demander des comptes.
En plus, ils veulent nous distraire avec cette histoire
d’élections communales et municipales du 17 Mai
avec des partis à la solde du pouvoir et des maires
soigneusement désignés à l’avance sous l’égide du
Chef de l’Etat lui-même, Patrice Talon.
Nous disons Non aux Assassins !
Pas d’élection pour nous le 17 Mai 2020.
La Rédaction.

DECLARATION A PROPOS DU SCRUTIN DU 17 MAI 2020

 

Peuple béninois, compatriotes de l’intérieur comme de la diaspora
La mascarade électorale du 17 Mai prochain ne nous concerne pas !
Il y a pratiquement un an, dans une Adresse du Premier Secrétaire du Parti Communiste du Bénin en date du 23 Avril 2019 disant ceci à l’occasion des élections législatives exclusives du 28 Avril  « Béninois, Béninoises, Mes Chers Compatriotes,
Nous avons été exclus par le pouvoir de la Rupture du processus électoral en cours ! Talon a exclu le peuple du processus électoral en cours. Non seulement il l’a exclu par la fixation de caution faramineuse, mais encore en lui arrachant le pouvoir électoral qui lui reste : celui de choisir, par la voie des urnes, celui qu’il veut pour le représenter à l’Assemblée nationale. En clair, peuple béninois, jeunes, femmes et hommes de ce pays, tant de l’intérieur que de la diaspora, nous ne sommes pas invités au prochain festin de la curie autocratique du 28 Avril 2019 ; et ne pouvons pas nous rendre à ces lieux d’abattoir de la démocratie béninoise, en ces lieux de consécration de la dictature autocratique que sont les « bureaux de vote » de ce jour »
Il y a un an, on avait comme seuls autorisés à aller aux législatives, le Parti Unique à deux fourches «  les partis jumeaux » du Président Talon à savoir : l’Union Progressiste et le Bloc Républicain. Pour cette fois, face aux dénonciations et protestations tant de l’intérieur que de l’Extérieur, et afin de justifier un parrainage soi-disant pluriel des prochaines élections présidentielles, le Pouvoir de la Rupture a fait ramifier le Parti Unique en Cinq fourches. Aux deux Partis traditionnels, on a ajouté trois autres qui tous sont créés ou suscités par l’Autocrate Talon.

EDITORIAL
A la Classe Ouvrière à l’occasion du 1er Mai 2020.

 

La classe ouvrière internationale comme celle du
Bénin vit des moments difficiles. Pour la première
fois depuis l’instauration de cette Journée en
1890, comme Fête Internationale du Travail, il
n’y aura aucun défilé, aucune manifestation de
rue pour célébrer la fête du Travail. Et pour
cause, la classe ouvrière internationale est
aujourd’hui confinée dans les maisons, sujette
au chômage, à la faim et à la peur de mourir de
COVID.19. Pendant ce temps, les pouvoirs
bourgeois de par le monde prennent des
mesures les plus despotiques, les plus
assassines contre les travailleurs, à commencer
par la liberté d’aller et de venir au nom du
combat contre COVID.19. Au Bénin, la chose a
pris une allure plus dramatique. Alors qu’il
décide des mesures de méso-confinement,
arrêtant du coup bon nombre d’activités des
artisans, des restaurateurs et autres
conducteurs de motos et cars, le pouvoir
autocratique de Patrice Talon n’a octroyé
aucune mesure de compensation à l’instar de
certains de ses pairs de l’Afrique. Le
Gouvernement de la Rupture condamne ainsi à
la mort bon nombre de petites gens. Pire
pendant qu’il récolte des aides provenant de
divers bienfaiteurs, et que lui-même ne donne
pas un franc pour la solidarité nationale, il
lance un appel au recensement d’éventuels
bénéficiaires de ces aides à étudier pour le 05
Mai prochain. Autrement dit, il laisse mourir
les hommes pour intervenir après leur mort.
Les travailleurs de notre pays ne doivent pas se
laisser mourir de faim.
La classe ouvrière internationale, les
travailleurs de notre pays, en ce jour du 1er mai
2020, doivent refuser cette situation, doivent
refuser de se faire manipuler par la haute
finance internationale, ils doivent préférer
combattre et éventuellement mourir de
CORONAVIRUS que de faim. Les travailleurs du
Bénin doivent aussi se battre contre le pacte
colonial, base du régime barbare que connait
notre pays depuis 60 ans.
Au combat contre la faim et pour la vie ! Au
combat contre le pacte colonial pour la libération
des forces productives et pour l’avènement d’un
pouvoir des travailleurs et des peuples au Bénin.
Que vive le Premier Mai, Fête Internationale du
Travail !
La Rédaction

DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU PARTI COMMUNISTE DU BENIN
A L’OCCASION DU 1er MAI 2020, FETE INTERNATIONALE DU TRAVAIL
FAILLITE DE LA GRANDE BOURGEOISIE FINANCIERE ET ENJEUX POUR LE
PROLTARIAT ET LES PEUPLES !

 

Ce jour premier mai 2020, pour la première fois, depuis l’instauration de cette Journée en 1890,
comme Fête Internationale du Travail, la classe ouvrière internationale dans maints pays, en dehors des
périodes des grandes guerres, ne fera aucun défilé, aucune manifestation de rue pour célébrer la fête du
Travail. Et pour cause elle est aujourd’hui confinée dans les maisons, sujette au chômage, à la faim et à
la peur de mourir de COVID.19.
1°- En effet, depuis décembre 2019 une crise sanitaire qui n’a de précédent immédiat que celle de 1919
(grippe espagnole), secoue l’Humanité. Il s’agit de la crise de CORONAVIRUS ou COVID.19. Née en
Chine dans la ville de Wuhan, elle a envahi toute la planète et revêt un caractère mondial du fait qu’elle
a embrassé les centres névralgiques de la planète.
Pratiquement en quelques jours, écoles, universités, églises, mosquées, temples, synagogues, cafés,
bars, restaurants, salles de cinéma, théâtres, bibliothèques, stades, jardins publics, presque toutes les
entreprises, aéroports, les commerces etc., sont fermés et toute la population enfermée dans les
maisons. En quelques jours, selon les chiffres officiels, plus de trois milliards d’hommes et de femmes
de la planète, soit au moins 40% de la population mondiale, ont été confinés dans les maisons.