CONFERENCE PUBLIQUE
A PROPOS DE LA SITUATION SOCIO-POLITIQUE NATIONALE ACTUELLE
Cotonou, Chant d’Oiseaux, le 17 août 2018
Introduction liminaire
Par Jean Kokou ZOUNON, Porte-Parole

 

Camarades militants des diverses organisations démocratiques,
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Travailleurs et jeunes,

Merci d’avoir répondu à l’appel du FSP pour prendre part à la présente conférence publique au sujet de la situation socio-politique actuelle dans notre pays. Nous savons tous que cette situation est préoccupante, pour ne pas dire angoissante pour le peuple et tragique pour les populations pauvres. Les données sur l’étendue de la faim et de la misère humaine au Bénin, les menaces sur la santé et la vie même des hommes avec l’importation et l’utilisation massives de produits phytosanitaires très dangereux, les résultats toujours catastrophiques des examens scolaires, le verdict du procès contre Laurent Mêtongnon et ses co-accusés, la confirmation de la fin de la démocratie au Bénin avec l’adoption et/ou l’examen de lois par le Parlement, de la Charte des Partis et du nouveau code électoral, sans compter les attaques contre les droits syndicaux des enseignants directeurs et la liberté d’entreprendre des opérateurs économiques et petits producteurs non membres du clan au pouvoir, autant de faits qui creusent chaque jour l’abîme vers lequel est précipité le peuple et notre pays.
Camarades, mesdames et messieurs,
Le journal "l’Economiste" en date du 07 août 2018 indique : « Le rapport « Initiatives P20- Les données pour ne laisser personne de côté au Bénin », en date du 18 juin 2018 aborde la situation des 65 % de la population béninoise faisant partie des 20% des plus pauvres du monde ». Ces 65 % se partagent seulement 3,2 % du revenu national. Voilà qui montre non seulement l’étendue et la profondeur de la misère et de la faim au Bénin, mais également et surtout l’iniquité de la redistribution des fruits de la production et de la croissance au Bénin. Sous le pouvoir de Talon, avec un taux de croissance proclamé de 6% en 2017, l’on crie que le Bénin est en avance sur tel ou tel pays et le Président clame que la situation va bien et ira mieux. Mais pour qui ?

COMMUNIQUE

A propos de la condamnation de Laurent METONGNON et de ses co-accusés.

 

Le verdict est tombé ! Après avoir rusé pendant 9 mois, la justice a livré, ce jour 31 juillet 2018, la sentence contre Laurent METONGNON et ses co-accusés dans le faux dossier CNSS/BIBE concocté contre eux par le pouvoir de Talon : cinq ans de prison ferme pour Laurent METONGNON, Edouard ADEGOKE, Saliou YOUSSAO, Célestin AHONON et Moussa Jérémie MORA ; et pour eux 10 millions de francs d’amendes pour l’Etat et 70 millions à la BIBE.; deux ans pour Alassane KEMOKO.
Pour tous les hommes du peuple, les travailleurs, les jeunes, les femmes, les démocrates, qui ont suivi cette affaire depuis le 02 novembre 2017, qui ont pu constater par le contenu des débats lors des audiences au tribunal qu’il s’agit d’une machination sordide autour d’un dossier vide, le Bénin vit un triste jour. Et c’est normal que la tristesse se mêle à la colère sourde contre l’injustice, l’arbitraire, le pouvoir dictatorial et contre les juges qui se refusent même à accorder le moindre bénéfice du doute à des prévenus indiqués par le pouvoir en place avec le Conseil des ministres.

POINT DE PRESSE DU 19/07/2018
A PROPOS DE LA SITUATION SOCIO-POLITIQUE NATIONALE ACTUELLE

 

Notre dernière sortie date du 29 juin 2018. Depuis lors, beaucoup d’événements se sont passés confirmant nos analyses sur la gravité de la situation et la nécessité pour le peuple d’élever sa vigilance et sa combativité en vue de stopper les agissement dus du pouvoir de Talon et de restaurer la démocratie au Bénin.
En effet, chaque jour, le pouvoir autocratique de Patrice Talon ne cesse d’accabler le peuple. Les impôts sont multipliés sans aucun recours à la loi comme c’est le cas des taxes aux postes péages ou pour l’établissement des papiers administratifs dans les mairies, les tribunaux, etc. Le peuple déjà confronté au chômage de masse qui s’amplifie avec les licenciements quotidiens dans les entreprises privées et à la destruction des emplois des petites gens est ainsi davantage pressuré pour remplir les caisses de l’Etat dont l’opacité de la gestion est devenue la règle sous la dictature de Talon. On l’aura encore constaté avec les aventures de la gestion du Port de Cotonou par une équipe d’expatriés belges. Les valses de DG ont encore commencé là aussi alors qu’on nous promettait la stabilité.

Communiqué de presse
A propos de la prorogation du délibéré dans l’affaire CNSS/BIBE

 

Aujourd’hui, mardi 24 juillet 2018, a eu lieu au Tribunal de Première Instance de Cotonou une nouvelle audience dans le dossier CNSS-BIBE. Cette audience devait permettre de connaitre le verdict dans le sulfureux dossier qui a mis en haleine le peuple béninois depuis neuf mois déjà ! Contre toute attente et à la surprise du peuple béninois, le dossier a été reporté pour une Enième fois et le délibéré prorogé jusqu’au 31 juillet 2018. La raison évoquée par le Tribunal est l’absence du Juge en charge du dossier, Mr AZO qui serait en "mission".
Ce report dans un dossier dont le caractère vide a été prouvé par les Avocats de la défense devant l’incapacité du Tribunal de fournir la moindre preuve contre les prévenus, n’est que renouvellement et prolongation de la torture contre METONGNON et ses co-accusés. Le pouvoir de Talon, par le biais du Procureur Ulrich TOGBONON et du Juge AZO, use encore de stratagèmes pour rendre une justice biaisée et orientée.
Devant cette injustice, le peuple béninois et la jeunesse en particulier ont exprimé leur ras-le-bol en scandant des slogans demandant la libération de Laurent METONGNON et de ses co accusés. C’est à la suite de cette manifestation pacifique au Tribunal que le Procureur Ulrich TOGBONON a donné l’ordre au commissaire central de Cotonou pour qu’on arrête les jeunes élèves et étudiants épris de justice et de paix.
Damien DEGBE, Jacquelin SOZAN, Samuel ANAGO, Alexandre HONYO et un journaliste ont été donc arrêtés et gardés à vue au commissariat central de Cotonou.

AVEC LA REPRISE DU PROCES DIT ‘’ AFFAIRE CNSS-BIBE’’ : QUE POUVONS-NOUS RETENIR DES INTERROGATOIRES DES 05 ET 13 JUIN 2018

 

I- SELON ROMAIN BOKO ( EX- DG BIBE) A PROPOS DE LA SITUATION DE LA BIBE

1-1- La BIBE a été redressée pendant la période de l’administration provisoire. Ce qui a encouragé le gouvernement à prendre les mesures garantissant la quiétude de la clientèle et des actionnaires par un décret portant prise de contrôle temporaire de la banque en mars 2014. Acte par lequel l’Etat a donné sa garantie souveraine.
1-2- Le 16 mai 2014, le ministre des finances a pris trois arrêtes, le premier portant fin de l’administration provisoire, le deuxième portant fin des fonctions de l’administrateur provisoire et le troisième, portant nomination d’un Directeur Général par intérim de la BIBE.
1-3- Apres le redressement, la trésorerie de la BIBE est passée de 36 milliards de francs cfa en 2014 à plus de 56 milliards de francs cfa en 2016 à tel point que la BIBE intervenait sur le marché interbancaire en faisant des prêts à d’autres banques au Bénin et dans l’espace UEMOA.
1-4- La BIBE jusqu’en août 2016 était en mesure de retourner en bloc à la CNSS la totalité des 16 milliards de francs cfa placés en DAT sans que cela ne lui cause un préjudice.