PROPOSITION DE LOI PORTANT STATUT DES CHEFFERIES  TRADITIONNELLES AU BENIN

Par l’Institut International de Recherche et de Formation

Exposés des Motifs

Notre pays, le Bénin anciennement Dahomey, connaissait du nord au sud, avant la colonisation française une organisation politique et sociale  basée sur des royautés et chefferies dont certaines jouissaient de tous les attributs de souverains : administration, justice, sécurité de leurs populations. C’est dans ce contexte que les colonialistes français ont agressé de 1890 à 1919 notre pays, et par la force des armes, défait nos rois et chefs traditionnels, imposé à nos terroirs, une administration et une justice étrangères au savoir-faire et vécu quotidien endogène de nos populations. Les royautés et chefferies traditionnelles ont été systématiquement écartées de tout le nouveau système. Mais face à la résistance opposée par les populations, le colonisateur français a dû recourir à des chefferies traditionnelles pour son administration par l’institution des chefs de cantons qui devinrent pendant toute la colonisation et malgré leur « illettrisme » les instruments privilégiés de l’administration à la base.

 

                  

INSTITUT INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET DE FORMATION (INIREF)

 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LANGUE MATERNELLE 2012

HOMMAGE AUX ARTISANS DE LA VALORISATION DE NOS LANGUES

 

Le Conseil d’administration de l’INIREF, au vu des nombreuses publications exposées dans les différents stands des sections de nationalités et de la jeunesse universitaire au cours des manifestations de commémoration de la journée internationale des langues maternelles, a décidé de rendre hommage à tous ceux qui, missionnaires, administrateurs, universitaires, prêtres et pasteurs, militants des droits de l’homme, journalistes, alphabétiseurs qui se sont battus, de façon pratique, pour la valorisation de nos langues. Nous les saluons comme les artisans de l’émancipation de nos langues. Vous êtes devenus des immortels lorsqu’on parle de nos langues nationales, voire des langues maternelles au Bénin.

 

 


INSTITUT INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET       DE FORMATION (INIREF)

01 B.P. 2740 Tél. (229) 21.30.03.22 / Cel. : 95.45.13.55 / 97.27.00.87 / 97 64 77 83

e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

http://www.la-flamme.org - Siège : Carré 1571 Missité/ COTONOU

97/356/MISAT/DC/DAI/SAAP-Assoc du 13/10/97 – JORB N° 24 du 15/12/97

1946/MECCAG-PDPE/DC/SG/DPRPIB/SCA ONG DU 05 / 08/ 99

319/MAEC/DC/SG/DOI/SS/ ONG DU 05/08/99

324/MCRI-SCBE/CC/SG/DBEVA/SA DU 16/9/03

               COMPTE BANCAIRE : 1206950002 BOA-BENIN


 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LANGUE MATERNELLE 2012

------------------------

APPEL A TOUS LES PROFESSIONNELS DES LANGUES MATERNELLES

A faire de chaque langue béninoise une langue d’instruction et d’administration dans son terroir

- Considérant qu’il est connu que le génie d’un peuple n’éclot que dans sa langue maternelle ;

- Considérant les résolutions et recommandations de l’UNESCO auxquelles le Bénin a souscrit et qui appellent que toutes les langues soient vecteurs d’instruction et présentes sur tous les supports y compris sur internet ;

 

 


INSTITUT INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET       DE FORMATION (INIREF)

01 B.P. 2740 Tél. (229) 21.30.03.22 / Cel. : 95.45.13.55 / 97.27.00.87 / 97 64 77 83

e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                     http://www.la-flamme.org - Siège : Carré 1571 Missité/ COTONOU

97/356/MISAT/DC/DAI/SAAP-Assoc du 13/10/97 – JORB N° 24 du 15/12/97

1946/MECCAG-PDPE/DC/SG/DPRPIB/SCA ONG DU 05 / 08/ 99

319/MAEC/DC/SG/DOI/SS/ ONG DU 05/08/99

324/MCRI-SCBE/CC/SG/DBEVA/SA DU 16/9/03

                                    COMPTE BANCAIRE : 1206950002 BOA-BENIN


 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LANGUE MATERNELLE 2012

------------------------

MOTION AU GOUVERNEMENT

A faire de chaque langue béninoise une langue d’instruction et d’administration dans son terroir

- Considérant qu’il est connu que le génie d’un peuple n’éclot que dans sa langue maternelle ;

- Considérant les résolutions et recommandations de l’UNESCO auxquelles le Bénin a souscrit et qui appellent que toutes les langues soient vecteurs d’instruction et présentes sur tous les supports y compris sur internet ;

- Considérant que le succès de la décentralisation appelle la pratique officielle et légale des langues locales dans l’administration des communes, arrondissements et villages ;

 

 


INSTITUT INTERNATIONAL DE RECHERCHE ET       DE FORMATION (INIREF)

01 B.P. 2740 Tél. (229) 21.30.03.22 / Cel. : 95.45.13.55 / 97.27.00.87 / 97 64 77 83

e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                           http://www.la-flamme.org - Siège : Carré 1571 Missité/ COTONOU

97/356/MISAT/DC/DAI/SAAP-Assoc du 13/10/97 – JORB N° 24 du 15/12/97

1946/MECCAG-PDPE/DC/SG/DPRPIB/SCA ONG DU 05 / 08/ 99

319/MAEC/DC/SG/DOI/SS/ ONG DU 05/08/99

324/MCRI-SCBE/CC/SG/DBEVA/SA DU 16/9/03

                                       COMPTE BANCAIRE : 1206950002 BOA-BENIN


Cotonou, le 1er février 2012

 

COMMEMORATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LANGUE MATERNELLE

------------------------

A P P E L

A chacun et à tous

« Faire de sa langue maternelle une langue d’instruction et d’administration au Bénin »

 

Le 21 février prochain sera célébrée la ‘’Journée internationale de la langue maternelle’’ instituée par l’UNESCO en 1999 afin que chacune des sept mille (7 000) langues encore parlées dans le monde soit langue d’instruction dans le système formel d’éducation et langue d’administration dans son terroir.

Chaque béninois est particulièrement et directement concerné par cette nécessité vitale pour son être. En effet, aucune langue béninoise n’est langue d’instruction, aucune n’est langue officielle d’administration dans son territoire. Les béninois vivent sous esclavage linguistique français contraint depuis la colonisation à ne s’instruire et ne s’administrer que dans la langue du maître colonisateur.